La vague bleue solidaire

La pandémie a fragilisé de nombreuses familles qui, en raison du chômage, de faillites et de l’absence de cantine suite à la fermeture des écoles, se trouvent dans l’incapacité de se nourrir convenablement. Devant cette situation, et répondant à l’appel de Mgr Aupetit, des bénévoles se mobilisent afin de distribuer trois fois par semaine – en vrac et en colis sous forme de sacs – des produits de base pour la préparation de repas. La Fondation Notre Dame prend en charge une partie de l’achat des aliments et leur transport vers les points de distribution (20 Points Colis Solidaires et deux centres au Lycée Maria Deraismes et à l’Hôtel-Dieu).

Les denrées s’entassent sur les tables, rapidement saisies par les volontaires qui remplissent les sacs de produits alimentaires de base destinés aux familles fragilisées par la crise sanitaire. Ce lundi matin, dans un des bâtiments du lycée Maria Deraismes (17e) vidé d’une grande partie de ses élèves depuis le début du  confinement, ils sont une quinzaine à s’activer avant le démarrage de la distribution prévue à 11h. Pas le temps de s’ennuyer depuis l’ouverture de la plateforme logistique il y a maintenant deux semaines ; 15 palettes, commandées par l’association Août Secours Alimentaire avec le soutien de la Fondation Notre Dame et la Ville de Paris sont arrivées la semaine dernière.

2 000 familles, trois fois par semaine

Les provisions, une fois déballées, sont soigneusement disposées le long des murs. Elles seront bientôt livrées par camionnettes pour fournir les Points Colis Solidaires et les centres de distribution de la capitale. Avec la fermeture estivale des associations, de nouveaux points de distribution prennent le relais pour continuer à offrir des repas équilibrés aux familles. Des sacs vont ainsi être distribués à 2 000 familles parisiennes, trois fois par semaine. Le contenu des sacs, calibré pour trois personnes, est varié : protéines, farine, pâtes mais aussi œufs et produits frais stockés dans la chambre froide de la cantine en fonction des arrivages. Plusieurs dizaines de kilos de pommes de terre reçus aujourd’hui complètent les rations de la semaine.

Anticiper les besoins

10h30. Adrien de La Rochefoucauld, le responsable du centre, regarde sa montre. Les premiers bénéficiaires ne vont plus tarder. Une marée bleue de plus de 200 sacs remplit la pièce. « Nous avons constitué des stocks en avance » explique le jeune homme. « Aujourd’hui, douze familles et neuf personnes seules sont attendues, ce qui représente 50 colis à distribuer. Mais nous allons monter en puissance pour atteindre, chaque jour de distribution, peut-être 150 colis en
juillet. » 
Car ici, à Maria Deraismes, on distribue aussi les colis solidaires. « Les centres sociaux nous communiquent leurs besoins. Tous les bénéficiaires sont identifiés » précise-t-il.

L’opération, commencée début juin, va se poursuivre jusqu’à la fin du mois de juillet. Dès demain, une deuxième plateforme logistique va voir le jour dans une des ailes de l’Hôtel-Dieu pour renforcer le dispositif dans le centre de Paris.

Photos : FND © DR / FLP