La Fondation Notre Dame se mobilise aux côtés de ses associations

Sans-abri, personnes fragiles, jeunes… continuer à les aider malgré tout !

En cette période de crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, la Fondation Notre Dame continue d’être à pied d’oeuvre pour procurer, à travers les associations qu’elle soutient, une aide indispensable aux plus démunis, aux plus fragiles et aux jeunes.

Ces associations sont toutes impactées par les mesures liées à la gestion de la pandémie. Certaines ont dû interrompre tout ou partie de leur activité ; la grande majorité reste toutefois mobilisée, faisant preuve d’inventivité, de créativité et de courage pour poursuivre leur mission.

De belles initiatives en ces temps difficiles

Association Depaul France (15e)

Andrzej

Malgré les difficultés liées au contexte actuel, Depaul France (15e) tente de continuer son action auprès de personnes sans-abri. Un grand nombre de bénévoles étant âgés, seuls 3 ou 4 d’entre eux peuvent encore assurer des permanences dans le centre d’accueil de l’association. Au début du confinement, ils réussissaient à maintenir 3 permanences par semaine. Désormais, une seule permanence permet aux bénévoles de garder le lien avec les accueillis et à ces derniers de laver leurs vêtements et de prendre un café. Par ailleurs, le directeur du centre appelle très régulièrement les 37 bénéficiaires.

Sans-domicile d’origine polonaise, Adrian est angoissé par la situation, les rues désormais vides et les regards craintifs des uns et des autres. Il garde courage mais rêve d’un repas chaud ! La première semaine de confinement fut très difficile pour lui, comme pour beaucoup de sans-abri en raison du manque de points de distribution de nourriture…

Opération Hiver solidaire

À ce jour, 20 paroisses sont encore mobilisées pour accueillir 71 sans-abri dans le cadre de l’Opération Hiver solidaire 2019-2020 :

  • Deux paroisses ont envoyé les 4 accueillis à la campagne chez un bénévole
  • Dans une paroisse, un prêtre est confiné avec 7 accueillis
  • Dans une paroisse, 4 bénévoles sont confinés avec 5 accueillis
  • Trois paroisses ont fait en sorte de loger leurs 11 accueillis à l’hôtel
  • Dans treize paroisses, les personnes accueillies ont pu rester en autonomie dans les locaux
Hiver solidaire
Hiver solidaire à Saint-Vincent de Paul

Ainsi, à Saint-Vincent de Paul (10e), les 4 accueillis sont logés à l’hôtel et reçoivent une aide financière journalière pour l’achat de denrées alimentaires. Ils restent en contact téléphonique régulier avec les responsables Hiver solidaire de la paroisse. À Saint-Pierre du Gros Caillou (7e), les 4 accueillis restent en autonomie dans le local. Ils sont visités plusieurs fois par jour par des bénévoles ou le curé qui leur apportent les denrées alimentaires avec lesquelles ils préparent leurs repas.

Association AFJ (19e)

Au foyer de l’association AFJ (19e) qui accueille et met à l’abri actuellement 8 femmes victimes des réseaux de traite des êtres humains, la directrice s’est installée à demeure avec son compagnon, confiant ses deux jeunes enfants à des amis.

Plusieurs activités ont été mises en place pour occuper les résidentes :

  • Des cours de français en ligne
  • La réalisation d’un livret d’accueil pour les nouvelles arrivantes avec un plan détaillé des lieux. Cette activité permet à chacune de faire preuve d’inventivité et mettre en oeuvre ses talents.

Le soir, des jeux de société ou un film sont proposés. Une atmosphère familiale s’installe.

Le conjoint de la directrice étant informaticien, le confinement est aussi l’opportunité de travailler à la modernisation du réseau wifi interne.

Aux Captifs, la Libération (6e)

La Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement a demandé à l’association de poursuivre sa mission auprès des personnes de la rue.

Les pôles précarité et prostitution vont essayer de maintenir les tournées-rue. Une nouvelle programmation de tournées-rue est en cours sur les mêmes secteurs avec des nouvelles équipes composées de salariés et de bénévoles qui décident de manière libre et responsable de se rendre disponibles. Dans chaque antenne, des tournées-rues sont organisées par téléphone pour les personnes sans-abri en possédant un.

Les permanences courrier sont maintenues.

Témoignage d’un permanent à la suite d’une tournée-rue au Bois de Boulogne (16e)

« Nous avons quadrillé le bois et il n’y avait presque personne mais les personnes qui étaient là étaient terrorisées. Elle étaient seules et personne ne pouvait les défendre si quelqu’un de mal intentionné passait par là. Ambiance très bizarre avec le bois complètement vide mais apparemment quelques clients traînent encore ».

SOS Chrétiens à l’écoute (14e)

5 bénévoles (sur une équipe de 30 habituellement) continuent à assurer une écoute depuis leur domicile. Les personnes mobilisées, toutes expérimentées, gèrent des permanences d’une durée de 4 heures sans interruption. Les appels ne tarissent pas, bien au contraire ! Le maintien de cette écoute à distance est rendu possible grâce au nouveau système informatique mis en place avec le soutien financier de la Fondation Notre Dame. Sans cet équipement, aucune écoute ne pourrait être réalisée pendant cette période de confinement.

Patronages : Saint-Vincent de Paul, La Camillienne…

Les patronages qui accueillent en temps normal jeunes et enfants pour des activités culturelles et sportives ont dû fermer. Pour conserver le lien et éviter le désœuvrement, beaucoup d’associations ont mis en ligne des propositions d’activités via les réseaux sociaux, notamment en créant des groupes sur Facebook.

Ces associations et beaucoup d’autres ont plus que jamais besoin du soutien des donateurs de la Fondation Notre Dame pour mener à bien leur mission, dans cette période difficile qui touche de plein fouet les plus fragiles.

Photos : FND © Aux Captifs, La Libération ; Damien Peyret