Dois-je payer l’IFI sur ma résidence principale ?

L’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) s’applique à partir d’un seuil de 1,3 millions d’euros de patrimoine immobilier. Au même titre que les immeubles, les parts de sociétés foncières et autres actifs immobiliers, la résidence principale fait partie de sa base imposable.

IFI : un abattement sur la résidence principale de 30 %

Comme sous le régime de l’ISF (Impôt sur la Fortune), la résidence principale bénéficie d’une décote de 30 % de sa valeur sur le marché le 1er janvier de l’année d’imposition, dans le cadre de l’estimation du patrimoine immobilier.

Selon l’administration fiscale, la résidence principale est « la résidence habituelle et effective du contribuable pendant la majeure partie de l’année », et de fait sujette à la bienveillance de l’administration fiscale. Si elle entre dans le champ de l’Impôt sur la Fortune Immobilière, elle est pour autant le seul bien du patrimoine immobilier à bénéficier d’une évaluation privilégiée.

Résidence principale et IFI : exception à l’abattement

 La seule situation où la résidence principale ne bénéficie pas de décote, c’est lorsqu’elle est possédée par plusieurs propriétaires dans le cadre d’une indivision, d’une copropriété ou d’un démembrement consécutif à un décès.

En effet, sa valeur taxable est alors divisée entre les différentes parties prenantes (associés, usufruitiers, nus-propriétaires selon le cas…) et ne fait pas l’objet d’abattement.