418 enfants et jeunes en camp d’hiver

Des patronages parisiens ont organisé des camps d’hiver à destination de 418 enfants et adolescents issus de milieux défavorisés. Ces séjours d’une semaine ont permis à ces jeunes de découvrir de nouveaux horizons, de faire l’apprentissage de la vie en communauté et de se dépasser.

Découverte de nouveaux horizons

Pour de nombreux enfants et jeunes, les camps organisés par les patronages sont l’occasion de partir en vacances pour la première fois et de sortir de Paris.

C’est notamment le cas pour les patronages Jeunes Paris 19 (19e) avec un séjour à Saint-Bonnet en Champsaur (Hautes-Alpes), l’aumônerie catholique du lycée Molière (16e) avec un séjour au châlet Les Petits Chamois (Haute-Savoie) et l’association de La Salle (15e) avec un séjour d’hiver à Vars Sainte-Marie (Hautes-Alpes). Pour les plus jeunes, il s’agit de la découverte d’un premier séjour sans leurs parents et donc d’un apprentissage de l’autonomie. Ces enfants issus de familles défavorisées peuvent partir à la montagne et découvrir la pratique du ski, autant de nouveautés impossibles à appréhender dans leur cadre de vie habituel. Ces séjours les éloignent de leur quartier durant une période de vacances scolaires souvent propice aux activités douteuses (rackets, agressions en bande) et leur permet de sortir de leur contexte habituel, de s’ouvrir à la joie du partage en communauté et à l’acceptation de la discipline de groupe.

Les patronages de l’aumônerie des collèges de Charonne (20e) et de l’association culturelle éducative et de loisirs Point Jeune La Chapelle (18e) proposent quant à eux des séjours à la mer, à Bernière-sur-mer en Basse Normandie pour le premier et au Mont Saint Michel pour le second. Les activités (char à voile, jeux de piste, visite de musée) leur permettent de tisser entre eux des liens d’amitié très forts et d’approfondir la connaissance de leur personnalité. C’est un temps unique de ressourcement, de découverte de la nature et de repos.

Apprentissage de la vie en communauté

Pendant les camps, les jeunes sont ainsi confrontés à la vie en communauté. Les jeunes du patronage de La Camillienne (12e), ont notamment l’occasion de découvrir les valeurs fondamentales de la vie, la connaissance de soi, des autres et développent leur créativité et leur engagement lors de leur séjour à Bellevaux (Haute-Savoie). Certains des grands jeunes du patronage souhaitent être mis à contribution pendant le camp pour effectuer une première étape vers l’animation. La présence des lycéens est donc un vrai atout tant au niveau des effectifs qu’à celui de vie collective du camp car ils sont en situation de responsabilité.

L’aumônerie du Sept Voltaire – Alain Fournier (11e) propose lors de son camp à Abondance (Haute-Savoie) un apprentissage de la vie en communauté à travers le partage des repas, des veillées et des excursions. Par ailleurs, les enfants doivent rendre des services, pour les repas notamment. Un emploi du temps est établi et diffusé aux enfants pour chaque jour et chaque moment de la journée pour qu’ils sachent quels services sont attendus d’eux. Le patronage de Saint-Hippolyte (13e) à Douvres-La-Délivrande (Calvados) propose aux enfants de se répartir en équipe et de tenir en fin de journée, un conseil d’équipe où les enfants peuvent évaluer leur journée et faire des propositions pour les jours suivants. Chaque enfant dispose d’un livre de bord qu’il documente tous les jours.

Ces camps sont ouverts à tous les enfants et jeunes, quelle que soit leur appartenance sociale, religieuse ou culturelle, dans le respect de l’intégrité morale et spirituelle de chacun, dans un esprit ouvert aux valeurs de la démocratie et de la citoyenneté.

Dépassement de soi

Les séjours des patronages sont enfin des occasions de découverte de ses capacités et de dépassement de soi. L’association Jeunesse Saint Vincent de Paul (10e) propose ainsi un séjour dans le Jura pour permettre à des enfants qui ne partent jamais en vacances de découvrir la montagne et des activités qu’ils n’ont jamais pratiquées, loin de leurs sollicitations habituelles (écrans, réseaux sociaux). L’objectif est de les aider à progresser dans leur autonomie grâce à la vie collective et de se mettre au service du bien commun par les temps de vie partagés. Certains animateurs sont des adolescents du patronage qui ont reçu des responsabilités d’encadrement envers les plus jeunes. Ces animateurs sont pour la plupart issus de situations sociales difficiles, ce séjour leur permet de prendre conscience de leurs capacités.

Le séjour pour enfants et adolescents à Neussargues (Cantal) du patronage Jeanne d’Arc de Vaugirard (15e) vise quant à lui :

  • la promotion du goût du don de soi et du service,
  • le sens des responsabilités,
  • l’acquisition de la confiance en soi.

Enfin, le groupement des parents d’élèves catholiques du lycée Jacques Decour (9e) propose un camp théâtre à Bromont Lamothe (Puy-de-Dôme). Chacun a sa place au service de la communauté et cherche à se dépasser. Les collégiens sont ainsi les acteurs de la pièce autour d’un texte biblique sur Esther mais également les costumiers, les décorateurs, les éclairagistes et les répétiteurs.

Le soutien de la Fondation Notre Dame à ces 11 projets permet à 418 jeunes issus de milieux défavorisés de participer à ces séjours.

FND © DR