Réaménager un accueil de jour pour les personnes en grande précarité

Chaque année dans la capitale, ce sont plus de 5 000 personnes en grande précarité, en majorité des sans-abri mais aussi des personnes en situation de prostitution, des jeunes en errance, des migrants qui sont rencontrées par les 230 bénévoles et 50 salariés de l’association Aux Captifs La Libération.

L’association souhaite rénover son accueil de jour situé dans le quartier des Halles, à la frontière de plusieurs arrondissements, le Ier et le IIème notamment. Ce centre propose un espace de convivialité, d’écoute et de détente pour les personnes en situation de grande précarité. Des ateliers de réinsertion et des activités à l’extérieur sont également proposés aux personnes accueillies pour leur permettre de reconstruire un projet de vie.

Ces dernières années, le centre a fait face à un fort taux d’affluence. Outre une nécessaire rénovation due à l’usage, les locaux doivent aujourd’hui être réaménagés pour répondre aux nouveaux enjeux de l’accompagnement : des bureaux clos doivent par exemple être aménagés pour assurer des échanges confidentiels entre travailleurs sociaux et personnes accompagnées. L’espace doit également être mis aux normes pour faciliter l’accès aux personnes en situation de handicap (élargissement des portes).

Avec l’aide de 30 000 € accordée par la Fondation, les locaux peuvent être rénovés et aménagés et près de 1 200 personnes de la rue d’être accueillies chaque année dans ce lieu.

© Géraud Bosman – Captifs