Vente d’un bien au profit de la Fondation Notre Dame

Nous avons eu le plaisir de donner plus que prévu

La vente d’un bien peut être l’occasion d’aider la Fondation Notre Dame

Explications de Daniel Genthon qui a récemment hérité, avec d’autres membres de sa famille, d’un bijou et en a fait profiter la Fondation.

« Lors d’un partage à l’occasion du décès d’une tante, il y a une dizaine d’années, une bague avait été oubliée chez le notaire. Mes cousins et moi-même étions bénéficiaires de ce bijou sans grande valeur et nous ne savions pas quoi en faire. Le diviser en dix parts égales eut été sans intérêt. Certains ont proposé de la vendre et de s’offrir ensemble un bon restaurant ! D’autres ont avancé l’idée plus altruiste d’en faire un don à une association ? J’ai pensé à la Fondation Notre Dame où j’étais bénévole. Le commissaire-priseur de la Fondation, que j’ai consulté, m’a répondu que nous n’en obtiendrions aux enchères « 350 euros les bons jours »…

BagueUn peu déçu par la modeste valeur du bijou, et donc du possible don, j’ai réalisé qu’il y avait mieux à faire. En effet, grâce au système de déduction fiscale propre au don, lorsque vous donnez 100 euros, cela vous coûte en réalité 33 euros, puisque 66 % de votre don est déduit de vos impôts. Nous avons donc donné à la Fondation – en plus de la valeur de la bague que nous avons réussie à vendre finalement 580 euros – l’équivalent de la déduction fiscale dont nous profitions en faisant ce don. Soit environ 1 700 euros.

Par ce système très simple, nous n’avons lésé personne, au contraire, et nous avons eu le plaisir de donner plus que prévu. Et cela m’a permis également de présenter l’action de la Fondation Notre Dame à mes cousins – et, qui sait ? – d’en faire peut-être de futurs donateurs ! »

Christophe-Charles-Rousselot-ethique-finance

Si vous souhaitez faire un don au profit de la Fondation Notre Dame, contactez le Délégué général

Christophe Rousselot