Logement

Précarité – Exclusion

Fondation Insertion par le Logement

FIL 2015

Créée en 2009

Créée en 2009, la Fondation Insertion par le Logement (FIPL) est née d’un constat : le logement n’est pas l’aboutissement d’un parcours d’insertion réussi. Il est la condition indispensable du retour à l’indépendance et à la reconstruction des personnes fragilisées par les accidents de la vie. La Fondation s’est alors donné pour ambition de procurer temporairement un toit aux familles en situation précaire.

Grâce à un accompagnement social assuré par des associations partenaires, ces familles trouvent pendant quelques mois le temps de reprendre souffle et de construire un nouveau projet de vie. La finalité de son action est d’encourager le retour à l’autonomie et de favoriser l’installation de ces familles dans des logements dignes et pérennes.

Les dons représentent la seule source de financement de la Fondation. Ils lui permettent d’acquérir et de rénover des logements à Paris et en petite couronne. A ce jour, grâce au soutien de ses mécènes, la Fondation a déjà acquis trois logements. Elle s’est fixé comme objectif de constituer un patrimoine solidaire d’une cinquantaine de logements dans les dix prochaines années.

Pour toute question, n’hésitez pas à contacter Victor Vieilfault
Par téléphone au 01 78 91 91 09
Par mail contact@fondationinsertionlogement.fr

Participez à l’acquisition d’un logement à Paris pour loger une famille dans le besoin :

Faites un don en faveur de la Fondation Insertion par le Logement

 

Visuel FIL- Plaquette entreprises

 

ANNEXES

Consulter les comptes de la Fondation pour l’Insertion par le Logement

Comptes 2017

Comptes 2016

Comptes 2015

Témoignage

« A 42 ans, j’élève seule mon garçon. Nous vivons dans 9 m² dans un immeuble sans chauffage. Je fais des remplacements de caissière dans trois supérettes. Ces revenus et quelques heures de ménage me permettent de payer jusqu’à présent le loyer. Le propriétaire veut récupérer la chambre de bonne pour loger son fils étudiant. Mes demandes de logement HLM n’ont jamais abouti. Dans quelques semaines, je serai peut-être à la rue. »